Écoanxiété

ou la quête d'aligner

sa vie avec l'action climatique

Par William Gagnon, Yellowknife
Ingénieur en bâtiment, 
LEED AP BD+C, LEED AP ND, LFA, ECO Canada EPt

Environnement | Société | Dossier

Temps de lecture: Environ 15 minutes

Texte par William Gagnon

Mis en ligne le 26 septembre 2019

Les répercussions des changements climatiques sur la santé, l'économie, la politique et l'environnement nous touchent tous. Ils provoquent le stress, la dépression et l'anxiété liés à la détérioration de l'environnement et à l'évolution de notre planète.  Les réactions psychologiques au changement climatique sont de plus en plus reconnaissables, définies et courantes dans la société. L’écoanxiété, c’est la peur de s’attaquer aux causes fondamentales du problème environnemental. Il est temps d'affronter la vérité et de trouver des solutions pour notre santé mentale.

 

Voici un dossier complet pour démystifier l'écoanxiété. Mieux comprendre pour mieux soigner, et comment devenir résilient en tant qu'individu face au changement climatique. 

L'écoanxiété et le deuil écologique :

le nouvel état d'esprit

Imaginez que vous marchez seul dans une forêt, dans les bois, avec vos écouteurs en main, perdu dans vos pensées profondes.  Soudainement, un ours apparaît quelques mètres plus loin et court vers vous. Votre corps déclenche une série de réactions et de mécanismes de survie. Le combat ou la fuite, mieux connu comme le « fight or flight », est en fait une Émotion Désagréable Constructive (EDC), bien imbriquée dans notre code génétique: elle nous a permis d'évoluer et de survivre jusqu'à ce jour. C'est ainsi que divers animaux ont fui les prédateurs et ont survécu.

 

Maintenant tu es dans le bus pour lire les nouvelles. Glacier en train de fondre. L'élévation du niveau de la mer. L'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone. Catastrophes naturelles. Vous vous sentez très mal à l'aise. Déprimé, anxieux, triste, outré : l'écoanxiété est aussi une EDC ; mais vous devez savoir quoi en faire. Aussi inconfortables que cela puisse nous mettre mal à l'aise, aussi ennuyeux que cela puisse être (nous avons une forte tendance à éviter d'y penser), en tant qu'espèce, nous devons trouver des moyens d'y remédier pour survivre, malgré le manque tangible de menaces. Cet apprentissage à reconnaitre l'inconfort pourrait en effet sauver notre existence sur cette planète. 

Le fait d'observer les effets lents et irrévocables des changements climatiques, et de s'inquiéter de l'avenir pour soi-même, des enfants et des générations futures, peut être une source de stress importante (Searle et Gow, 2010). Albrecht (2011) et d'autres ont qualifié cette anxiété d'écoanxiété. La recherche qualitative démontre que certaines personnes sont profondément affectées par des sentiments de perte, d'impuissance et de frustration en raison de leur incapacité à sentir qu'elles font une différence pour arrêter le changement climatique (Moser, 2013).

 

Aujourd'hui, les humains sont confrontés à la menace d'extinction, et pourtant nous sommes lents à fuir le danger. Chaque jour, nous sommes bombardés de nouvelles négatives, ce qui suscite beaucoup d'anxiété. Nous construisons lentement un ensemble d'émotions qui nous aide en tant qu'espèce à survivre à cette menace existentielle, et l'écoanxiété en est une : c'est une EDC. 

 

Certains d'entre nous ont plus de facilité à exprimer l'inconfort, comme Greta Thunberg ; elle est très ouverte sur son syndrome d'Asperger qui lui permet de ne voir qu’en noir et blanc. Dans son exposé TED, elle explique que c'est l'une des raisons pour lesquelles elle parle des changements climatiques et qu'elle vainc son EDC. 

Rubber stamp of Greta Thunberg by Savvas Verdis

L'écoanxiété: une version évoluée du fight or flight
 

L'écoanxiété et le deuil écologique sont des concepts nouveaux pour la communauté médicale conventionnelle.  La recherche fait défaut dans ce domaine, mais il s'agit là d'une approche fondée sur le bon sens. Certains acteurs sur le terrain s'efforcent d'accroître le nombre de recherches, comme la Dre Courtney Howard. 

"Si vous vous inquiétez du changement climatique, et beaucoup de gens le sont, je ne pense pas que votre médecin devrait vous donner des médicaments psychotropes. Vous devriez consacrer plutôt une demi-heure de votre temps chaque semaine à faire quelque chose à ce sujet. S'il s'agit en fait d'une « EDC », d'une Émotion Désagréable et Constructive, nous voulons l'écouter et travailler pour changer les circonstances." 

 

- Dr Greg Dubord, Ultra-brief CBT for Worries and Fears, Family Med Forum, Wed Nov 15, 2018

 

Médecins prescrivant des mesures climatiques

Il y a quelques mois, je suis intervenu dans un combat de chiens et j'ai fini aux urgences, couvert de sang en essayant de séparer les deux bêtes.  Rien de grave ! Juste quelques croquées sur mes mains. (J'ai découvert plus tard que la meilleure façon de briser un combat de chiens est de mettre votre doigt dans leurs fesses, mais c'est une autre histoire).

 

Quand j'arrive à l'hôpital, mon amie Courtney crie mon nom dans tout le département.  Elle est l'une des militantes climatiques les plus inspirantes que je connaisse, et elle est présidente de l'Association canadienne des médecins pour l'environnement.  Elle travaille aussi aux Urgences à Yellowknife. Je l'ai mise dans ma catégorie d'amies qui sont « trop stimulées ».

 

Alors je suis assis là, couvert de sang, à discuter avec Courtney de changement climatique pendant qu'elle s'occupe de mon pouce. 

 

C'est de mieux en mieux : Courtney est l'une des premières médecins à s'éveiller au changement climatique.  Elle est à l'origine d'une partie du travail sur le « compte à rebours du Lancet », et elle fait essentiellement participer la communauté médicale au changement climatique. Récemment, le Lancet Magazine, la revue médicale la plus importante au monde, a reconnu le changement climatique comme la plus grande opportunité de santé du 21e siècle. 

 

Courtney prescrit des mesures climatiques à ses patients souffrant de solastalgie, l'expérience vécue d'un changement perçut négativement dans l'environnement familial. Il s'avère que l'action atténue l'anxiété ; l'action climatique atténue l'écoanxiété. L'emploi du temps de Courtney est chargé ; cela en dit long sur son écoanxiété.

Et Courtney n'est pas seule. 

 

 

- Dre Courtney Howard

Pas seul 

Lors d'une rencontre à Toronto avec Innovation Norway, Alana Prashad m'a fait part de son expérience dans le traitement de deux maladies immunitaires chroniques. Son corps déclenche toute une série de réactions lorsqu'elle est exposée à des niveaux élevés de stress - changement climatique, politique populiste et autres mauvaises nouvelles. 

 

Notre conversation s'est éloignée du monde des affaires environnementales dans le contexte du commerce norvégien pour passer à une discussion sur l'écoanxiété, et la transformer en quelque chose de significatif : 

Alana me dit qu'elle a dû trouver des moyens d'utiliser son anxiété en relation avec l'état de la planète et d'en faire quelque chose de bon. Elle me dit qu'elle voit la beauté dans des paysages désolés, tel que le plastique flottant dans les océans, les feux de forêts ravageant l'Amazonie; elle trouve dans ces images sombres les éléments pour lesquels il faut se battre - la beauté, les petits faisceaux de lumière dans le noir, le « ok, qu'est-ce qu'on fait maintenant? ».  

Encore une fois, l'action soulage l'anxiété.

 

Dans le cas d'Alana, elle a dû s'adapter rapidement parce qu'elle devenait très malade.  

 

Aujourd'hui, Alana aligne son travail sur la lutte au changement climatique grâce au programme de développement des affaires d'Innovation Norway. J'ai trouvé cela très inspirant - transformer l'écoanxiété en action climatique. J'étais abasourdi. J'ai quitté notre réunion habilitée et convaincue que nous allions changer le monde ensemble, d'une manière ou d'une autre.

L'ACTION POUR
LE CLIMAT

ATTÉNUE
L'ÉCOANXIÉTÉ

Par où commencer

 

Au cours des derniers mois, j'ai eu l'impression que beaucoup de mes expériences soulignaient le lien entre l'écoanxiété et l'action climatique. J'ai commencé à être très intrigué par l'écoanxiété, et s'il s'agissait du point de départ de notre crise climatique actuelle.  

 

Alors j'ai commencé à creuser davantage.

 

(ok, mensonges, je regardais des « TED talks » sur le canapé) 

Per Espen Stoknes est économiste et psychologue norvégien.  Son livre What We Think About When We Try Not To Think About Global Warming décrit les 5 barrières psychologiques à l'action climatique et les outils pertinents pour les surmonter. Les cinq barrières sont la distance, le destin, la dissonance, le déni et l'identité.

Dans mon travail au cours des derniers mois, j'ai essayé de recadrer la conversation autour de ces cinq obstacles, et j'ai le sentiment qu'il y a eu un changement dans la façon dont les gens réagissent à mes interventions. Vivre dans l'Arctique canadien m'a certainement ouvert les yeux sur le réchauffement planétaire comme jamais auparavant, parce que nous pouvons témoigner de ses effets tous les jours. Cela se reflète également dans le récent rapport sur le changement climatique au Canada : le Nord se réchauffe beaucoup plus rapidement.

Conseils 
d'écoanxieux
à écoanxieux

Aligner carrière et action pour le climat

Si vous ne croyez pas que vous pouvez insuffler le changement dans une organisation ou dans un projet, il y a de fortes chances que vous ne le fassiez pas. Mais si vous faites part de vos préoccupations à l'équipe avec confiance et clarté, elles seront bien accueillies - dans la plupart des cas, selon mon expérience, ces préoccupations sont partagées par les autres. Il faut cependant beaucoup de courage pour les partager. 

 

Je crois que nous devons dé-stigmatiser la santé mentale avant de pouvoir traiter les changements climatiques. Je crois que c'est la raison pour laquelle nous devrions considérer le changement climatique comme une question à multiples facettes, et faire attention à ne considérer qu'une seule mesure (les émissions de gaz à effet de serre par exemple). 

 

Quel que soit le domaine dans lequel vous passez le plus clair de votre temps, il y a un moyen de trouver un alignement entre le travail, le jeu et l'action climatique. J'espère que ces ressources vous donneront un peu d'inspiration.

 

Créez votre nouvelle histoire - et ne laissez personne l'écraser

Lors d'un entretien d'embauche pour une société d'ingénierie privée, je demande à quel genre de projets je consacrerais mon temps. Grosse entreprise, gros sous : mon salaire allait doubler. L'associé de bureau me dit qu'ils ont « beaucoup de projets » dans le secteur pétrolier et gazier, mais qu'ils « essaient » aussi de promouvoir les énergies renouvelables. 

 

Mal à l'aise, mal à l'aise, je répète que je ne suis pas intéressé à travailler avec quoi que ce soit qui est relié de près ou de loin au secteur du pétrole et du gaz.

La responsable des ressources humaines m'a alors demandé si j'avais déjà travaillé sur quelque chose qui ne correspondait pas parfaitement à mes valeurs. 

 

« Oui », répondis-je.  

 

« Alors qu'est-ce que tu as fait ? »

 

« J’ai démissionné ! »

Il est important de créer une nouvelle histoire pour nous-mêmes, et de ne pas vivre dans le passé. La transition, c'est maintenant. Le «Green New Deal »  c'est maintenant. L'énergie renouvelable, c'est maintenant. Inverser le changement climatique, c'est maintenant. Ne perdez pas votre temps et votre carrière pour quelque chose qui n'en vaut pas la peine. Quel genre d'avenir voulez-vous ? Écrivez-le sur papier et commencez à faire vos choix en conséquence.

 

Agissez comme le prescrit Courtney!

 

J'ai refusé l'offre d'emploi (et je suis parti avant la fin de l'entrevue) avec un fort sentiment d'habilitation. J'avais à cœur de ne pas me laisser tenter par le gain financier, et j'étais vraiment fier de quitter cet endroit en me sentant 100 % en accord avec mes valeurs.


 

Créez votre nouvelle histoire, et ne laissez personne l'écraser.

Résilience

La capacité d'une personne (ou d'une communauté) à fonctionner face à l'adversité, à survivre et, peut-être même, à prospérer. 

(Hobfoll, Stevens, & Zalta, 2015)

Comprendre les 5 barrières psychologiques
face à l'action climatique

Bien que la plupart des gens soient généralement conscients que le changement climatique est en train de se produire, il continue de sembler lointain : quelque chose qui arrivera à d'autres, dans un autre endroit, à une date future indéterminée (McDonald, Chai, & Newell, 2016). Les psychologues appellent cette idée distance psychologique. Des termes tels que « changement climatique » et « réchauffement climatique » attirent l'attention sur l'échelle planétaire plutôt que sur les impacts personnels (Rudiak-Gould, 2013). De plus, le signal du changement climatique est obscurci par le bruit des variations météorologiques quotidiennes et saisonnières (Hulme, 2009 ; Swim et al., 2009 ; Weber & Stern, 2011). Tout cela rend la question plus facile à écarter pour les gens, surtout lorsqu'ils sont confrontés à d'autres problèmes urgents de la vie.

Pour vous débarrasser de l'écoanxiété, vous devez d'abord comprendre que vous devez éviter les conflits, le fatalisme, la peur, l'impuissance et la résignation.

1. Distance psychologique

Bien que la plupart des gens soient généralement conscients que le changement climatique soit en train de se produire, il continue malgré tout de sembler lointain; quelque chose qui arrivera à d'autres, dans un autre endroit (McDonald, Chai et Newell, 2016). En vivant à Yellowknife, il est très facile de constater des effets du changement climatique. J'ai constaté un véritable changement dans la réception des nouvelles sur les impacts du changement climatique pour les auditoires du Sud (c'est-à-dire au sud du 60e parallèle, dans le sud du Canada). Je pense que nous devons mettre les impacts du changement climatique ici, chez nous, au Canada, en première page des journaux.  Il ne doit plus se sentir comme une menace lointaine. Il faut que ce soit immédiat, urgent, tout de suite. Comme un robinet qui déborde : il faut fermer le robinet. Il faut présenter les faits comme ils sont! 

« Nous sommes des gens de la banquise. S'il n'y a plus de glace de mer, comment pouvons-nous exister ? »
 

- Un membre de communauté Inuit, Canada

2. Destin et tristesse

Politiquement polarisé aux États-Unis, le changement climatique est perçue comme un problème qui appartient à la gauche politique (Dunlap, McCright, & Yarosh, 2016), qui peut supprimer la croyance, les préoccupations et les discussions sur les solutions. Je pense qu'il est important de présenter les impacts négatifs du changement climatique, mais nous devons tout de suite nous rappeler qu'il existe de grandes solutions : panneaux solaires, stockage d'énergie, avions électriques, capture et stockage du carbone, permaculture, culture du carbone, etc.  Il est important de ne pas laisser nos auditoires, qu'ils soient petits ou grands (il peut s'agir simplement d'un collègue ou d'un membre de la famille), inspirer nos collectivités à agir, et peu importe nos convictions politiques. Nous devons démontrer que, même si les choses ne vont pas si bien en ce moment, elles s'amélioreront considérablement lorsque nous agirons. 

3. Dissidence

Les gens ne sont pas certains de la menace que représentent le changement climatique. Les médias ont été critiqués pour avoir favorisé une perception inexacte du changement climatique (Antilla, 2005) : par exemple,
qu'il y a plus de controverse scientifique sur le dit changement climatique qu'il n'en existe en réalité. Je pense que c'est l'obstacle le plus difficile à franchir - c'est là que les conversations difficiles ont lieu. La dissonance consiste à s'assurer que ce que vous savez correspond à ce que vous faites.  Comment est votre empreinte carbone ? Faites-vous tout ce qui est en votre pouvoir pour arrêter cette crise ? Quelles sont vos habitudes alimentaires ? Semblable à la méthode KonMari (cela suscite-t-il de la joie ?), elle crée une sorte de dépendance : comment pourrais-je réduire davantage mon impact carbone ?

4. Incertitude et déni

Une étude récente a montré que les personnes qui reçoivent des informations complexes sur l'environnement peuvent ressentir certains problèmes

1) se sentent démunis et impuissants, ce qui les rend enclin à laisser le problème aux autorités et au gouvernement ; 
2) ceux qui se sentent ignorants sont plus susceptibles de vouloir éviter d'entendre parler d'une situation négative (Shepherd et Kay, 2012). La complexité et la peur du changement climatique poussent les gens à se sentir incertains et dans le déni. La détresse face au changement climatique peut se manifester par des réactions négatives face à l'action climatique. Ces réactions se reflètent dans les échanges sur les médias sociaux par exemple, et les chercheurs croient que ce comportement pousse les autres à le nier par effet d'entrainement. (Davenport, 2017). Je pense que nous devons traiter les négationnistes avec plus d'empathie. Nous devons agir avec nos coeurs; regarder d'où vient la résistance, et essayer de mieux la comprendre.

5. L'identité

Le dernier obstacle est l'identité - comment concilier la vie, le travail, la famille et les loisirs avec l'action pour le climat.  Je pense que cela demande certainement beaucoup de réflexion, et j'espère qu'avec ce texte, nous pourrons partager quelques points de départ. 

Je pense que tout commence par le fait d'être le meilleur de nous-mêmes.  Avec de petits changements, en s'adaptant et surtout en passant à l'action!

Changez un peu, petit à petit, montez l'échelle et voilà !

 

Les gens peuvent se sentir responsabilisés lorsqu'ils prennent des mesures positives pour adopter un mode de vie plus durable et qu'ils savent qu'ils font une différence tout en acceptant que l'avenir est largement hors de leur contrôle.

«

Passer du temps dans la nature et réaliser des projets pour améliorer la planète, dans la mesure de ses capacités, peut apporter des avantages significatifs.

»

- Clayton et al. 2017

En savoir plus 

Références

  1. Clayton, S., Manning, C. M., Krygsman, K., & Speiser, M. (2017). "Mental Health and Our Changing Climate: Impacts, Implications, and Guidance." Washington, D.C.: American Psychological Association, and ecoAmerica.

  2. Doherty, T. J., & Clayton, S. (2011). "The psychological impacts of global climate change". American Psychologist, 66(4). Retrieved from https://www.apa.org/pubs/journals/releases/amp-66-4-265.pdf

  3. Edwards, S. A. (2010, February 21). "Once awake: The waking up syndrome two years later". Retrieved from http://eco-anxiety.blogspot.com/

  4. Edwards, S. A., & Buzzell, L. (2008)." The waking up syndrome". Retrieved from http://old.relocalize.net/the_waking_up_syndrome

  5. Glaser, G. (2008, February 16). "Anxious about Earth’s troubles? There’s treatment". The New York Times. Retrieved from http://www.nytimes.com/2008/02/16/us/16therapy.html

William Gagnon

Ingénieur en bâtiment durable, Environnementaliste

William vit les impacts de la crise climatique dans sa communauté de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans la région subarctique canadienne. Ingénieur, il dirige le travail pour le Northern Centre for Sustainability, un espace destiné à soutenir les entrepreneurs émergents dans la réalisation des objectifs de développement durable. L'immeuble vise à devenir le bâtiment le plus durable du Nord circumpolaire et le premier bâtiment à émissions de carbone négatives au Canada. 

Rejoignez le cercle

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir nos nouvelles par courrier électronique, de temps à autre.

Ce site web a été conçu sur un fond sombre pour être plus économe en énergie, en utilisant moins de lumière, tout en profitant de notre plate-forme dans un format "chambre noire".
 

Nous espérons que vous l'appréciez!

Suivez-nous

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
© 2018 Organisation Bleue
Montréal, QC, Canada