Changer le monde

une bouteille à la fois

Par Rachel Labbe-Bellas

Fondatrice de The Green Stop
 

Technologie | Pollution plastique | Entrepreneuriat

Temps de lecture: Environ 4 minutes

Texte par Rachel Labbe-Bellas

Mise en ligne 20 juillet 2019

La pollution plastique est une urgence mondiale. Partout où l’on regarde, il y a des déchets de plastique. Rachel Labbe-Bellas se définit comme une écologiste de la mer. Elle dresse un portrait de la situation, mais propose aussi des solutions qu’elle met en pratique, entre autres, avec The Green Stop.

Changer le monde une bouteille à la fois

La production de plastique ne ralentit pas. En fait, elle est en hausse: la production de plastique vierge devrait augmenter de 40% d’ici la fin de la prochaine décennie. Ce qui est le plus important pour nous, lorsqu’on se concentre sur la crise de la pollution plastique, c’est de constater que la majeure partie de cette pollution provient d’articles en plastique à usage unique, un reflet de notre style de vie de consommation rapide et mobile, devenu essentiellement jetable. Et enfin, ce qui est clair, c’est que nous avons la preuve qu’on ne peut simplement pas “s’en débarrasser”. L’ignorance n’est plus un choix.

 

Souffrez-vous d’écoanxiété? 

Plus que jamais, il est possible d’avoir accès à toutes sortes de données, informations, actualités, images, etc. Quotidiennement, nous sommes submergés par des images de pollution plastique recouvrant notre planète. Dans les faits, 8 millions de tonnes métriques en moyenne entrent dans nos voies navigables, chaque année. Il est facile de se sentir impuissant et malgré tout ce que nous essayons de faire en tant qu’individus, de croire que rien ne peut faire de différence. Ceci est communément appelé l’écoanxiété.

Cependant, tomber dans ce piège ne fera que faire plus de dégâts. Aux États-Unis, un consommateur moyen utilise 500 sacs en plastique par an. Si vous vous arrêtez pour réfléchir à votre utilisation quotidienne et que vous la quantifiez, vous verrez combien de sacs vous pourriez réellement réduire sans que ce soit difficile ou coûteux. Ceci étant dit, en quoi la réduction des bouteilles d'eau en plastique est si importante?

Quel est le déchet de plastique le plus répandu?

Les bouteilles d'eau à usage unique sont l'une des principales sources de déchets plastiques. Le Conseil des Canadiens cite un article du Toronto Sun affirmant que 50% des bouteilles d'eau utilisées par les Torontois ne sont jamais recyclées. Cela équivaut à environ 65 millions de bouteilles d'eau en plastique vides, à chaque année, qui se retrouvent dans les dépotoirs sous forme de déchets. Dans certaines collectivités canadiennes, le pourcentage de bouteilles d'eau non recyclées atteint 80%. Les sites d'enfouissement canadiens ne peuvent tout simplement pas gérer la quantité de déchets créée par cette seule et unique forme de déchets de plastique, la bouteille d'eau à usage unique.

 

En nous concentrant davantage sur la création et le transport d’eau embouteillée, les chiffres ne font que confirmer la mauvaise nouvelle. Un regroupement de citoyens de l'Alberta, le Bow Valley Keeper, estime que « la fabrication et le transport d'une bouteille d'un kilogramme d'eau des Fidji consomme 26,88 kilogrammes d'eau (7,1 gallons), 0,849 kilogrammes de carburant fossile (un litre ou 0,26 gallon), et émet 562 grammes (1,2 livres) de gaz à effet de serre. »

« Peu importe ce que les gens vous disent, les mots et les idées peuvent changer le monde » 

- Robin Williams

Agir sur les plans individuel et collectif 

Il est donc important de refuser l'utilisation unique, mais il est plus important d'éviter de se heurter à ces situations en donnant l'exemple et en se préparant. Rangez quelques ustensiles dans votre sac, emportez une paille ou une tasse pliable. Si vous en avez vous-même, vous n’aurez même pas à vous inquiéter. 

 

Cependant, nous devons nous regrouper pour soutenir nos convictions et encourager les changements aux niveaux municipal, régional, national et même mondial. #BeatPlasticPollution, la campagne de lutte contre la pollution par les plastiques des Nations Unies, présente une carte du monde de tous les pays qui appliquent une taxe ou interdisent les articles en plastique à usage unique. 

 

Parce que les déchets plastiques sont omniprésents et qu’ils se perdent dans nos rues, nos ruisseaux, ou même se dégradent sous le soleil, il n’y a aucun moyen de savoir d'où ils viennent... Ils ne laissent aucun pays ou fabricant responsable. Le plastique ne connaît pas de frontières, ce qui en fait un problème mondial. Si cela n’entraîne pas de dommages dans votre ville ou votre ville côtière aujourd’hui, il est probable que cela se présente un jour sous une forme ou une autre (nano, micro ou macro-plastique).

 

Par conséquent, le fait de se rassembler et de se concentrer davantage en amont, là où le plastique est produit ou consommé (c.-à-d. sur terre et dans les villes) peut aider à mieux atténuer les problèmes en aval. Parmi les exemples de solutions en amont, citons les politiques et réglementations telles que les interdictions, la responsabilité élargie des producteurs, l’économie circulaire et la réduction à la source.

 « The Green Stop » ou travailler en amont

 

Rachel lance cet été The Green Stop une entreprise qui propose de mettre fin à la problématique des bouteilles d’eau de plastique dans les lieux publics au Québec et au Canada. Elle est également en sprint final de sa campagne de socio-financement avec La Ruche.

 

La mission de The Green Stop est de réduire la pollution des plastiques à usage unique dans les espaces extérieurs - à commencer par les bouteilles d’eau. Nous plaidons en faveur de la réduction à la source. Lorsque des réglementations nécessaires seront finalement mises en place, les responsables d’événements, de festivals ou autres activités publiques pourront bénéficier de nouvelles solutions appropriées en matière de distribution d’eau potable. 

 

The Green Stop est une station de recharge d’eau, un guichet unique d’accès dans les espaces extérieurs. Au départ nos stations offriront une eau fraîche, propre et facilement accessible, en utilisant une eau du robinet disponible sur place déjà, ne nécessitant aucune forme de traitement. Les stations d’eau Green Stop sont des stations d’eau pour l’intérieur et l’extérieur. Nos points d'eau vont également permettre aux gens d’être sensibilisés face à  l'environnement, en réduisant les déchets plastiques, en prenant conscience du gaspillage d'eau et en protégeant ainsi la nature. Les stations futures incluront des services encore plus eco-friendly, tels que de la crème solaire, la vente de bouteilles réutilisables et d’ustensiles dans des points de vente.

Refill station !

The Green Stop sera lancée cet été et utilisera les nombreux festivals d’été comme marché d’essai. Les fonctionnalités de robinets multiples et le design unique nous permettent d'être plus rapides, plus efficaces pour les files d'attente et plus stimulants en terme de sensibilisation que d'autres stations de remplissage d'eau existantes. Restez à l'affût lors de grands événements comme celui d’Osheaga à Montréal.

 

L'entreprise sert également de plate-forme de sensibilisation à l'environnement, partageant l'espace avec des partenaires et des collaborateurs qui souhaitent soutenir les messages relatifs à la réduction de l’utilisation du plastique et qui souhaitent contribuer à rendre leur espace extérieur soit dans un festival, un événement sportif, un parc ou une ville, plus propre et plus écologique.

Confiance et action : pour un avenir sain

Je suis enthousiasmée par l’avenir car je sais que ma génération et les plus jeunes ont compris qu’un changement est nécessaire et qu’ils ouvrent la voie à la construction d’un avenir plus vert. J'ai vu des centaines d'entreprises et de particuliers commencer à faire la transition vers un avenir plus propre. Ce n’est pas  seulement une innovation, c’est un mouvement social - qui a des avantages à long terme pour nous tous et qui peut donner à la planète le temps de se rétablir et de guérir.

Sa vidéo 

Supportez Rachel et l'obtention
de son financement avec
The Green Stop

Rachel Labbe-Bellas

Entrepreneur | Écologiste Marine

Rachel Labbe-Bellas possède un baccalauréat en sciences et en biologie de l’Université McGill, de même qu’une maîtrise en sciences et en écologie de l'UFSC au Brésil. 

The Green Stop a été adaptée par l’écologiste pour aider à réduire les plastiques à usage unique dans les zones urbaines en plein air comme les festivals. Rachel... termine actuellement un programme d’incubateur de pré-semences avec la cohorte du Founder Institute de la Silicon Valley à Montréal et collabore avec un pôle de start-up, MTLab.

Rejoignez le cercle

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir nos nouvelles par courrier électronique, de temps à autre.

Ce site web a été conçu sur un fond sombre pour être plus économe en énergie, en utilisant moins de lumière, tout en vous faisant profiter de notre plate-forme dans un format "chambre noire".
 

Nous espérons que vous l'apprécierez!

Suivez-nous

  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
© 2018 Organisation Bleue
Montréal, QC, Canada